Le contrat Loir médian : rapport 2018

Afin de permettre la gestion en régie de la compétence Gemapi devenue obligatoire pour les EPCI (établissement public de coopération intercommunale) au 1er janvier 2018 », le SIERAVL, syndicat de gestion du Loir et de ses affluents en Vendômois a été dissous, le 31 décembre 2017.

Au 1er janvier 2018, les compétences qu’il exerçait ont donc été reprises par la Communauté d’Agglomération « Territoires Vendômois » au sein d’une unité nommée “ service Gema ”. En outre, pour que l’action de l’ancien syndicat puisse se poursuivre sur un espace d’intervention au-delà de la zone de l’agglomération, une convention de gestion unifiée a été passée entre celle-ci et les communautés de communes des Collines du Perche, du Perche et Haut-Vendômois, des Terres du Val de Loire, et de Beauce-Val de Loire.

Rappelons que le SIERAVL avait pour mission d’assurer les opérations et actes de toute nature se rapportant :

  • Aux études nécessaires à l’entretien du Loir, ses affluents, les émissaires principaux et les ouvrages ayant une incidence sur le cours d’eau (barrages, ponts, etc.) afin d’assurer l’écoulement, la régulation des eaux et améliorer la qualité des eaux de la rivière notamment pour son usage touristique ;
  • A la réalisation des travaux et l’entretien des ouvrages dans le respect de la réglementation en vigueur (loi sur l’eau, code rural et forestier) ;
  • A l’information de la population sur les enjeux liés au Loir et à sa vallée (aspects qualitatif et quantitatif) ;
  • A la participation du SIERAVL en tant que coordinateur de travaux d’intérêt collectif réalisés par des particuliers, sur leurs domaines privés ;
  • A la lutte contre les animaux pouvant porter préjudice aux berges et aux ouvrages.

et qu’à ce titre, il avait signé en 2016, un contrat territorial Loir médian, prévoyant d’engager sur cinq ans, 10 millions d’euros de travaux et d’actions sur sa zone d’intervention.

Dans le cadre du contrat territorial Loir médian, l’Agence de l’eau Loire Bretagne et la Région continuent à financer à hauteur de 80 % les actions du service Gema qui vient de faire paraître son 1er rapport.

 

Vous aimez cet article ?

Partager sur facebook
Partagez le sur Facebook
Partager sur twitter
Partagez le sur Twitter
Partager sur linkedin
Partagez le sur Linkedin
Partager sur email
Envoyez le à quelqu'un