La lutte contre les pigeons

Contrairement aux ragondins, les pigeons ne sont pas classés parmi les nuisibles. A ce titre, ils ne peuvent donc être ni chassés, ni piégés. Or, à la ville comme à la campagne, leur prolifération et par voie de conséquence, celle de leurs fientes peuvent devenir un véritable fléau pour le bâti, les trottoirs, les jardins, les cultures, etc.

SOUGÉ n’y échappant pas, il a été décidé de mettre en place en partenariat avec l’association locale de MONDOUBLEAU « Perche Nature », en 2009, une méthode de régulation dite naturelle via l’introduction de la Chouette Effraie appelée également Chouettes des Clochers, prédateur naturel du pigeon, malheureusement en voie de disparition.

Cette option dont le mérite est double permet de mener à la fois une opération de régulation tout en valorisant une opération de sauvegarde.

La Chouette Effraie, appelée ainsi en raison de son cri strident, est un rapace nocturne d’une taille équivalente à celle du pigeon (voire légèrement plus importante), aux origines rupestres mais qui a su s’adapter aux constructions humaines (granges, ruines, clochers…). Malheureusement, cette « dame blanche » reconnaissable à son disque facial blanc argenté cerné de brun en forme de cœur et son poitrail blanc, très présente autrefois, se raréfie aujourd’hui ; en partie à cause du trafic routier (La chouette effraie chasse souvent le long des routes en volant à basse altitude, ce qui lui fait souvent heurter des véhicules) mais aussi en raison de l’agriculture moderne qui tend à faire disparaître les milieux bocagers ou encore à cause de la fermeture des clochers d’église par du grillage afin d’éviter les invasions de pigeons.

Un nichoir a donc été installé dans le clocher de l’église SAINT-QUENTIN, en 2009. Si les deux premières années sont restées infructueuses, depuis, chaque année, même les années de travaux, naissent de petites chouettes.

Chez la Chouette Effraie, la période de reproduction se déroule de mars à juin en fonction des conditions climatiques avec un pic au mois d’avril. Le nombre d’œufs, peut alors varier de 8 à 11 avec une moyenne de 6. Les jeunes prennent leur envol à l’âge de 8-10 semaines et leur autonomie un mois plus tard. Une deuxième ponte peut exister au cours de l’été si les conditions sont bonnes.

Eclosion à SOUGÉ et jeunes chouettes prises juste avant le 1er envol en 2017.